Rap FR : News et Chroniques

Fonky Family - Art de rue [Chronique]

Avec un classique certifié dans le rétroviseur, pas facile de rester vigilant et d’éviter les pièges de la route sinueuse qu’est une carrière d’artiste. Et si personne ne pourra reprocher à la Fonky Family de ne pas avoir été vigilante, quatre années séparant Si Dieu veut… d’Art de Rue (le format EP Hors Série volume 1 s’étant glissé entre les deux), force est de constater que les sept marseillais (en incluant le manager Fel, qui prend le micro sur « Tonight ») ont pris le virage du deuxième album non sans quelques difficultés.

Les productions, d’abord, que se partagent quasi intégralement Pone et Luciano (qui s’essaie à l’exercice) manquent souvent de la finesse et du raffinement qui faisaient le charme si subtil du premier opus. Pire, sur la durée le martelage imposé par les beats et la redondance des samples estampillés 80’s finissent par susciter l’essoufflement. Schématiquement trop simple, cet opus de la Fonky Family fait vite le tour d’un style qu’il institue lui-même, comme lorsque des morceaux pourtant solides (« Imagine », « Nique tout », « Entre deux feux », « Haute tension ») semblent se succéder sans se distinguer. Pas déplaisants pour autant, des titres comme le tube « Art de rue » et son hommage à la richesse du Hip Hop et de ses disciplines, restent trop fondus dans le manque de relief global. Aussi, la Fonky Family démontre s’il le fallait encore que la route de l’Enfer est pavée de bonnes intentions avec le très mièvre « Mystère et suspense » dont les rotations radios à outrance on enlevé jusqu’au charme de la naïveté. Plus fade encore, la fin de l’opus se complaît dans des morceaux à tendance freestyle et egotrip du pire effet avec l’enchaînement « On respecte ça », l’inutile « Check 1,1,1 » ou le dispensable « Esprit de clan ». A l’écoute de cette fin qui semble presque bâclée pour combler la tracklist, la prestation de Don Choa (annonciatrice de son solo) réjouit sur « Petit bordel », alors qu’un titre comme « Tonight » apaise une atmosphère électrique.

Pas réellement mauvais, mais simplement stéréotypé et peu recherché dans ses compositions, le retour aux affaires de la Fonky Family pèche clairement par manque d’inspiration. A ce titre, si Don Choa et Le Rat continuent à survoler quelques morceaux, Sat se noie dans son imaginaire gangsta, alors que Menzo s’avère toujours plus limité tant techniquement que dans son écriture simpliste. L’auditeur retiendra quelques titres, quelques tubes, la déception d’un opus surfait, et l’espoir d’un tir rectifié par la suite. No change has come...

Chronique réalisée par Raging Bull

Commentaires (Facebook)
Commentaires
  • Aucun commentaire visible

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires
Se connecter | S'inscrire

Profil

Djiefté
Popularité99%
Commentaires4576
Amis25
Articles431
Commentaires de blog188
Visites1444896
Rap FR : News et Chroniques

Les news et chroniques d'albums de rap français. Suivez les bons sons sur facebook : Chroniques rap français.

Nouveaux articles