Rap FR : News et Chroniques

La Rumeur - Tout brûle déjà [Chronique]

Dans une France d’entre deux tour(nante)s éprise par le choix du moment comme une jeune jouvencelle devant ses courtisans, la tête de la prochaine présidence se décidera entre deux hommes avec son lot d’espoir et d’amertume mais toujours avec cette même recette tant de fois cuite et recuite et qui laissera un amer goût de graillon dans la bouche... Une nouvelle marche à écrire dans les livres d’histoire afin d’alimenter l’assouvissement républicain d’un pays qui préfère regarder ses pieds que sa décrépitude actuelle (ou tout simplement fermer les yeux face à un passé aussi fumant). Au milieu de ce tintamarre politico-médiatique où l’on recherche encore la place du citoyen dans cette explosion d’hormones et de mirages,  l’ex-fanatique de musique remplacé par le pro du réassort emménage la tête de gondole du rayon rap de la FNAC avec un album au titre aussi direct qu’un adieu sur une pierre tombale : Tout Brûle DéjàLa Rumeur, froide, réaliste qui revient gratter les tympans en pleine période présidentielle, se convertirait-elle en buzz ??? En tous les cas, les artistes bien pensants et autres défendeurs des grandes causes humanistes doivent se frotter les mains en fantasmant sur les prochains épisodes politico-juridiques qu’ils pourraient vivre par procuration. Pourtant derrière  cette atmosphère de carcasse fumante et carbonisée se cache un nouveau virage, le pas de plus ou le recul, l’heure de sortir les armes ou résignation des grand messieurs du rap français, dans tous les cas Tout Brûle Déjà ne laissera personne indiffèrent. 

Le Roseau plie…


Tout brûle déjà dans le pays des chansonnettes, mais vraiment tout brûle et derrière cette fumée artistique complètement opaque il est dur d’y retrouver son chemin. Est-ce que la lumière blanche de la pochette aurait du mettre l’auditeur sur la voie pour comprendre que la noirceur des trilogies passées étaient révolues. Finies les ambiances noires et minimalistes (exception pour P’tite Laura) à base de samples jazz histoire de donner un ton dramatique et fataliste aux pensées activistes des 4 mcs. Enfin, 3 exactement maintenant puisque Morad semble définitivement hors sujet et cantonné à un clin d’œil de fin d’album. Fini donc une certaine époque et bonjour à une nouvelle page blanche. Cette nouvelle donne, surtout musicale, aussi étonnante qu’elle soit reste tout de même une énième provocation prête à mettre le feu au poudre. 

Là où une nouvelle génération d’acharnés du micro  prônent le retour au boom bap classique,  La Rumeur reste à contre courant en se lançant dans une vibe rock électro plus ou moins incandescente. Si la mission était de bouger les lignes, le retour de flammes risque de pas mal peser sur ce nouveau premier volet. Et aux rangs des premiers incendiaires, la fan base risque de mener la contre offensive. Trahison, blague musicale, esprit bradé, les commentaires ne se feront pas tendre et il sera dur d’expliquer la mise sur le côté du duo Soul G et Kool M (quoique le remix d’Hommage à La Marge mérite punition) pour un renouvellement capable de faire voler le CD par la fenêtre. Reef bourrins et basses saturées, de la vibe rock crade sans énergie de La Périphérie Au Centre au rock de scène Tout Brûle Déjà, il va falloir avoir l’oreille bien ouverte d’esprit pour accepter ce type de péripétie (même si Du Cœur à l’Ouvrageet et l’association Zone Libre étaient des prequel venus bruler le près vert et douillet des anciennes moutures). Bref nouvelle génération aux manettes capable comme FAS de lâcher un OVNI musical indigeste comme On Marche Tous Vers La Fin (dommage pour Morad) ou Mk-ZOO sur Sans Faire de Bruit très vite suffoquant.

Ranger les minutions car si la partie musicale vous avez cramé la semelle droite, la semelle gauche va y passer avec le trio plus proche de la quarantaine plan-plan que de la vingtaine rebelle. Limite en charentaise et robe de chambre,La Rumeur lâche les premières lignes  de la contestation pour une ligne introspective qui croule soit sous la fatigue (Affaire A suivre d’un Ekoué qui ne cherche même plus à s’aligner sur l’instru) sous des généralités (La Périphérie Au Centre). Dur de retrouver cette hargne qui faisait de La Rumeur cette frange d’un rap conscient et contestataire quand la plupart des reproches non plus de fondement, on passe d’un rap blasé à un rap de blasés…


… mais ne rompt pas


Je ne cherche pas le feu, la fumée ou l’allumetteLe Bavar n’a pas le temps de finir son couplet qu’au final on adhère déjà à cet opus. La Rumeur survit de part le symbole qu’elle représente sur la scène rap. On aura plus de faciliter à accepter certains écarts de conduite artistique tant que la livraison reste en heavy rotation dans la sono. Tout Brule Déjà, l’album que l’on aime détester  et qui  amène une génération de roadies (mieux vaut ça qu’une appellation de dickriders) à s’auto analyser. La Rumeur n’est plus ce porte-drapeau, agitateur de conscience, et poil à gratter des vestiges de la République française. L’auditeur n’est plus, lui aussi, cette personne qui vibrait à chaque poussée de rage de L’ombre sur la mesure. Pères, trentenaires, cadre de vie ordinaire loin des tours de bitumes, introspection au carrefour de la vie, on quitte un temps une critique générale pour recentrer le discours sur l’humain, le perso. J’ai déserté le quartier pour un centre ville plus tranquille pour Ekoué (La périphérie Au Centre), Trottinette à fleur et poussette confort pour Hamé (Quand Je Marche, Tu Cours), je vieillis comme un bon vivant, j’ai les thunes de mon concert et de quoi me refaire sur le suivant pour Le Bavar  (Un Soir Comme un Autre), des problèmes ou des analyses aussi ordinaires que celles que peut se poser une personne lambda. Album de partage d’expérience qui créé dans ses écrits une proximité réelle avec son public, très éloigné de la doctrine du rap français qui oblige à vivre par et pour la misère urbaine.

Mais les vieux démons restent toujours d’actualité, les réminiscences des combats passés continuent à bruler sous les cendres des années, le délabrement social et les cadavres de la politique (la France-Afrique) toujours au centre des dénonciations, la fin d’une période sombre que fut le Sarkozysme : demande à Claude Guéant, demande à Sarkocu comment La France interdit d’accès (Ekoué sur Interdit d’Accès). A ce niveau là rien à changer et l’heure n’est pas à la tranquillité pour Hamé qui ressert du rab à ses détracteurs sur Le Chemin est Long, pas d’horizon lointain pour Le Bavar qui déterre de son vécu l’histoire de Laura et les ravages de l’addiction aux drogues dures (P’tite Laura).

Peut-on y retrouver son compte sur les instru ? Les indétrônables de la patte pure trouveront très peu à s’alimenter hormis Interdit d’Accès (pour Soul G), un Soir Comme Un Autre (une boucle pour un drive by night par Kelvaz) et le très classique mais efficace P’tite Laura (portée de plus par un Le Bavar au-dessus du groupe). Pour les autres, les écoutes amplifiées et répétées de l’opus rendront peut être leurs oreilles plus flexibles avec une mention honorable au travail de Ruffsound (malgré une saturation sonore assez persistante dans la ligne de production). Il faudra surement se contenter de la plume des mcs qui restent un pilier fort du groupe. Porté par un Le Bavar parfait du début à la fin, le trio délivre des textes toujours aussi subversifs ou du moins assez irritant pour nous faire cogiter (que l’on soit d’accord ou non avec leurs idées).

Tout brûle Déjà est l’album d’un succès déjà annoncé, il suffit de mater l’attitude des médias heureux du retour des trublions du rap français prêts à user de tous les superlatifs extravagants tant que le groupe reste philosophiquement bankable pour les appartements haussmanniens du centre parisien. Pour les habitués, l’album décevra autant qu’il contentera. Choix plus ou moins provocateurs, baisse de régime mélangée à une certaine maturité de vie, La Rumeurcontinue à emmerder son monde et ses écouteurs avec. Tout Brûle Déjà ne sera pas le brulot attendu, dommage et tant mieux en même temps car la trilogie ne fait que commencer et annonce de quoi allumer des flammes pour quelques années encore…  

 

Chronique réalisée par Drill : http://thadrill.blogspot.fr

Commentaires (Facebook)
Commentaires
  • Aucun commentaire visible

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires
Se connecter | S'inscrire

Profil

Djiefté
Popularité99%
Commentaires4576
Amis25
Articles431
Commentaires de blog188
Visites1422312
Rap FR : News et Chroniques

Les news et chroniques d'albums de rap français. Suivez les bons sons sur facebook : Chroniques rap français.

Nouveaux articles